UN, DOS, TRES ...

 

Etrange étape aujourd’hui pour la plus longue distance de ce Giro numero cento. Qu’est ce qui a piqué les organisateurs pour nous pondre ce parcours biscornu ? Alors que la logique aurait voulu que l’on remonte de Forlì à Bologne de manière directe, le tracé obliquait vers les collines des Apennins afin de gravir la Colla di Cassaglia (G2PM 2ème cat) puis de renter sur l’autoroute A1 (!) pour une trentaine de kilomètre, d’y franchir un GPM de 3ème catégorie avec tunnels et viaducs. Le tout à plus de 100 km de l’arrivée. A quoi bon corser un début d’étape de la sorte ?

 

T12_ReggioEmilia_plan-3

 

FFS8682-1-1024x683

Il y avait quelque chose de surréaliste à voir les coureurs sur les échangeurs de l’autostrada, se faufiler entre les glissières de sécurité, traverser les tunnels, passer sous les portiques du controllo della velocità tutor et pour finir franchir les péages, et sans s’arrêter bien entendu. C’était d’autant plus surréaliste que je regardais tout cela sur mon téléphone. Obligé de faire une infidélité à mon canapé, j’attendais sur un lit d’hôpital à Lyon, ma troisième injection de mon immunothérapie. Comme me disait Sophie, ils ont donc fermé l’autoroute - et pas n’importe laquelle, l’A1 c’est la Napoli - Milano -  et dans les deux sens, pour laisser s’ébrouer le Giro en début d’étape. J’avais lu quelque part que c’était une façon de mettre en valeur le patrimoine du pays, l’autoroute étant un symbole de la reconstruction de l’Italie d’après-guerre.

 

FFS8765-1024x633

FFS8804-1024x682

FFF6873-1024x683

DAHCOCHVoAEI6zr

DAHIEm7VoAAW2xd

 

Et le passage à Modène ne manque pas de le rappeler. La patrie de Enzo Ferrari est plus connue pour ses voitures de luxe, Maserati, Lamborghini, Pagani et bien sûr les chefs d’œuvres du Cavallino Rampante, plutôt que pour ses monuments classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Autre détail, c’est ici également que les célèbres figurines Panini ont vu le jour, inondant le monde entier de leur autocollant.

 

index

 

modena-ferrari-duomo

3241-modena-hidden-jewel-emilia

Modena

 

Qui étaient en tête pendant 200 bornes aujourd’hui ? L’italien Marcato, le russe de service de Gazprom Firsanov, et un coureur de la Bardiani en la personne de Maestri. Equipe aussi bizarre que ce tracé. Il ne se passe pas un jour sur ce Giro - et ailleurs puisque c’était la même chose sur le Tour des alpes ou le Romandie – sans qu’un de ses coureurs ne soient aux avant-postes. Mirco Maestri étant d’ailleurs celui ayant le plus de kilomètres d'échapées depuis le début de l’année. Il a dépassé ce jour les 1 500 km nez au vent. Le résultat de cette stratégie de « montrer le maillot » étant faible. Seulement trois victoires dans cette moitié de saison dont deux obtenues par un coureur déclaré positif juste avant le début du Giro. De quoi répandre les doutes au sein des amoureux du vélo.  Maestri résista quand même jusqu’aux portes de Reggio-Emilia. Une autre ville musée dont le centro avec ses ruelles noueuses et ses piazze est un magnifique condensé de l'art urbain italien.

 

DAGriRRU0AA1-7s

Reggio

14333696731_bc34d3da02_b

 

Nous étions avec Sophie sur l'autouroute du côté de Valence, les nuages se déplaçaient sur le Vercors. Sur le minuscule écran de mon téléphone j’aperçevais les équipes commencer leur ballet habituel à l'approche de l'arrivée. Equipier derrière équipier, en file indienne, les leaders du général à l’abri, les favoris du jour accélérant vraiment dans les derniers hectomètres. On a revu l’albanais Zhupa s’essayer courageusement à forcer son destin, mais à deux kilomètres de l’arrivée la tâche était impossible. Les gros rouleurs avec les poissons pilotes exécutaient parfaitement leur boulot. Les fusées étaient lancées.
Est-il devenu imbattable ? Le colombien Gaviria ceint de sa maglia ciclamino (maillot du leader au classement par point) ne laissa aucune espèce de chance à ses concurrents. Un, dos, tres… la Colombie était en fête.

 

GMD_7686-1024x682

18052017-MAP_9862-1024x683

 

 

Le résumé de la 12e étape du Tour de France en vidéo

Surréaliste 12e étape du Tour de France : victime d'un accrochage, dans une foule trop compacte, avec une moto et Richie Porte (BMC), Christopher Froome (Sky) a cassé son vélo puis a couru à pied dans le mont Ventoux, ne sauvant finalement son maillot jaune que grâce à une décision des commissaires, une heure après l'arrivée.

https://www.lequipe.fr